L’erreur est humaine !

La nature, sans conscience, ne peux pas aller vers l’erreur puisque l’erreur n’existe pas pour elle. Alors qu’un système implose, laissant la place à une autre entité, un autre monde naît. Ce cycle sans conscience n’intéresse personne et ne dérange aucune espèce sauf une, l’espèce humaine qui en a peur.

C’est sans aucun doute l’idée de l’adage de la pomme présentée par Eve à Adam.

Avant de croquer dans cette conscience offerte en abondance, l’humanité n’a pas d’existence dans les espaces dans lesquels elle vit. Seule la découverte de l’existence de sa pensée, du lien possible entre toutes les pensées humaines lui permet de croire qu’elle peut tout organiser et s’emparer de l’existence des autres.  Les humains agissent comme des apprentis magiciens dans un monde qu’ils n’appréhendent pas, dans lequel ils n’ont aucune visibilité. On mesure à quel point, ces projets courent à la catastrophe ……. comme pourrait ceux d’un enfant sans guide.

Dans cette histoire de la pomme, aucun autre animal croque la pomme ?! Pour l’espèce humaine, la flore et la faune n’a donc pas de conscience. C’est ce prêt requis qui a légitimé la civilisation humaine comme la seule option possible sur la terre devant tous les humains et toute la faune et la flore qui n’avait rien à dire.

Néanmoins, n’aurions nous pas oublié une piste de réflexions qui nous est tout de même donnée dans cet épisode de la pomme ? Le serpent, ce tentateur qui serait qui « le diable », qui « le mal » qui « un animal » ……… On nous le présente comme pouvant être un phénomène à rebondissements dont il faudrait se méfier. Cette présentation du monde animal a légitimé le rôle des humains. Ils se sont octroyés un droit à déposséder les autres espèces du monde du vivant; introduisant un droit divin pour dominer toute créature incapable ou coupable devant notre état de conscience.

L’humain n’a pas voulu retenir l’idée que le monde animal était sans aucun doute la conscience première de l’univers,  précurseur de celle de l’humain dont nous sommes également issus. En proposant à l’humain de dépasser la conscience animale, l’adage voulait le rendre sauveur du cycle dont dépend toute vie. Cette lecture de l’événement de la pomme montre à quel point l’humain a cru que cela le mettait en position de dominant sur toute espèce. Ceci doit nous interpeller sur notre vision du monde dans lequel nous agissons. Sommes-nous destinés à être des dominants ou avons nous été choisis parce que seuls en capacité d’organiser des structures accueillantes et bien veillantes pour tous les corps organisés dans la différence ?

La nature existait avant nous. Elle nous indique tous les jours qu’elle a une conscience plus puissante que celle des humains. Elle nous indique que si nous ne prenons pas en compte ce destin, qu’elle nous a donné sous condition, d’acteurs actrices de la protection de la vie sur terre, nous mettons en danger notre propre existence. Nous sommes liés depuis l’origine au monde que nous croyons dominé. En actant l’exigence de sa prospérité, nous gagnons la nôtre, à l’inverse nous détruisons nos propres ressources. « Le mal », « le diable », « l’animal » sont des témoins de nos excès. Si nous n’écoutons pas ces indicateurs, l’apocalypse est au rendez-vous. Notre civilisation sera remplacée par une autre entité. Car nous le savons depuis toujours,  la nature, sans conscience, ne peux pas aller vers l’erreur puisque l’erreur n’existe pas pour elle.

Notre maturité d’esprit, actuelle, peut-elle nous préparer à découvrir le monde qui nous entoure et d’accepter cette pensée que la flore et la faune peuvent aussi penser. Qu’elle est notre conscience, car elle est à l’origine de la pousse du pommier, de la parole du serpent. En fait,  c’est elle qui nous a offert la pomme ……………

L’humain ne comprend toujours pas que sa conscience ne lui donne aucun choix puisqu’il est enfermé dans la conscience de sa mort. Il est une chose parmi toutes les autres dans l’univers ou ailleurs qui vit et qui meurt. Sa première idée est de se sauver lui-même par tous les moyens n’est d’aucun intérêt.

Le second message, celui du messie Jésus, à la société humaine est bien avancée.

La succession de philosophe, de politique et de religieux ont organisé tous les fondamentaux de notre civilisation humaine actuelle. Jésus, cet humain, arrive à un moment crucial dans ces sociétés riches. On se réfère encore à lui, il a donné un nouvel axe de direction à la pensée humaine. Ce message oublié venant du passé est dans notre histoire un tournant important ou opportun pour la modification des vecteurs de construction civilisationnelle. Ce « fils de dieu », on peut induire qu’il possède un royaume magnifique, a choisi de sauver les humains contre leur gré.

Si ce message,  dire à tous les humains si vous continuez à vous autodétruire se sera l’apocalypse, alors je viens vous dire que vous pouvez servir l’humain et servir tout l’univers, n’existait pas, notre civilisation ne se poserait aucune question sur son environnement.

L’humain a une mission, sa vie à de l’intérêt, celui d’aider les plus faibles à exister et à croire à leur importance et à celle des autres, comme l’a fait la nature en somme. « Si vous ne croyez pas en vous, et en votre lettre de mission, alors vous aurez à subir ce que vous allez me faire subir. Je suis un humain bon, fils de dieu et vous allez me tuer car ce que je vous dis remet en question l’axe qu’à pris votre conscience. Si vous tuez un fils de dieu venu vous sauver, alors on tuera le fils du menuisier parce que sa parole, sa place et son simple corps dérange l’autre, le fils de votre voisin où le vôtre.

Rapportez-le à Trump et Poutine. Si ces deux êtres avaient conscience que leur puissance est de laisser un espace politique ouvert sur le monde qui propose à chaque espèce et genre d’y trouver une place dans le respect de sa géographie; notre monde ne serait pas en guerre et nous ne verrions pas ces enfants du Yémen, de Syrie ou d’ailleurs mourir de faim sous nos yeux sans que nous exprimions un seul sentiment de honte ou de regrets. Alors qui sommes-nous pour eux ? Qui viendra nous aider quand la guerre, la famine ou l’épidémie emportera notre quartier, village ou région ? Car ce qui est vrai dans un sens, l’est dans l’autre. Seule, l’organisation d’une conscience humaniste de groupe oblige à l’entraide internationale et recadre les dérives dictatoriales. « Engagez-vous ! » sans aucun doute le plus beau message de ce début du 21ème siècle.

_______________________________

La conscience humaine n’est qu’un épisode à l’échelle de la logique naturelle. La conscience n’est qu’une abscisse du modèle de fonctionnement de cet entité que l’on nomme Univers. Tout ce que l’humain pense, organise et décrit, ne raconte que l’espace ou l’espèce humaine, mais en aucun cas, n’intègre les autres entrant de l’espace galactique dans lequel on est et que l’on ne connait pas encore.

C’est notre manière d’entrevoir la vie en commun sur lequel il faut agir. Nous aurons un jour à coloniser des exo-planètes comme les pionniers ont planté leur drapeau dans les déserts et les contrées les plus lointaines. De nouveaux états verront le jour, dans lesquelles les nouveaux arrivants adapteront leur société civilisationnelle  en fonction des géographies rencontrées, des vies sans conscience qui y seront déjà. Ces humains, pionniers, mettront en place leur modèle de fonctionnement hérité de leurs vies terrestres.

Nous allons bientôt entendre des théories de ce type : « Je n’ai pas peur de polluer la terre, car je sais que je suis un être qui a peu de temps à vivre et les générations futurs auront les moyens de résoudre ce que je leur laisse. Je n’ai pas peur de polluer la terre car nous pourrons coloniser d’autres exo-planètes et elles nous servirons de ressources ».

Je crois au rôle fondateur de l’espèce humaine dans la conscience du message qu’elle porte.

Je vérifie chaque jour que nous sommes des apprentis perpétuels, cabochards, capables du pire et du meilleur. Nos philosophes, nos acteurs de pensées humanistes nous donnent des pistes de projets dans lequel on peut faire de cette terre un projet environnemental unique que nous aurons à développer sur d’autres exoplanètes. C’est en cela que nous devons avoir l’exigence de changer notre modèle actuelle pour en faire des modèles de fonctionnement universel respectueux de toute organisation de vie, afin que nous prenions tout ce que l’univers a de magnifique à nous proposer et que nous refusions, au nom d’une compétitivité économique, d’être des agents destructeurs sous contrôle de ce formidable gisement de paix dans lequel nous avons la chance d’y trouver la vie et d’en avoir la conscience. Comme nous porterons le message de paix et de respect, nous trouverons à exister sur des exoplanètes en paix. N’oublions pas que la nature crée au fur et à mesure des prédateurs qu’elle trouve. Si l’humain devient un risque, la nature fabriquera un ennemi, « un diable », un malheur », « un animal » ou « un être » en capacité de nous détruire. Si l’humain devient une chance, la nature nous aidera dans le développement de nos projets d’expansion civilisationnel.

________________________

Pour ceux qui choisissent de retrouver un monde meilleur, d’en faire un état. Il est important d’impulser cette pensée dans nos actions, dans nos ateliers, dans nos entreprises. Le monde ne nous attend pas, il existe ainsi. A nous d’aller retrouver ce leg initial, de détruire nos erreurs d’apprentissage et de penser une société plus inclusive. Nous aurons à décider de coloniser notre galaxie en allant embrasser ces vies qui nous attendent inconscientes de notre parcours, mais déjà issue de la même pensée originelle, tout est dans la nature qui nous entoure, à nous d’imaginer une civilisation qui s’adapte et qui prend la mesure des risques encourus par tout et met en place des éléments de contrôles pour conserver intacte l’esprit d’ouverture qui permet d’exister librement avec pour seule contrainte le bien que nous devons prendre en compte pour toute action que nous avons à mener.

 

Que notre conscience serve ce monde qui ne demande qu’à nous servir de projet de Paix ………. Nous savons déjà que d’autres ressources existent ailleurs. Interrogeons-nous sur ce que nous souhaitons en faire. Croyez-vous que la solution est dans des objectifs de pouvoir avec et sur les humains ? Où au contraire de nouvelles opportunités de démocratie et de libertés individuelles intégrant les conditions que tout transport de civilisation dans les valises de pionniers portent des outils de communautés respectueuses des environnements passés, présents ou à venir. De la liberté de chacun à vivre dans son environnement passé, présent ou à venir conscient qu’il doit en priorité respecter les territoires dans lesquels ils arrivent. D’intégrer que la pensée humaine n’est pas universelle et que la liberté d’avoir ou non une conscience humaine doit être prise en compte dans toute constitution d’intégration des nouveaux phénomènes de vies.

 

Nous sommes uniques, mais nous ne sommes pas les seuls. Nous devons intégrer que la préservation de la liberté des plus faibles, nous permet de rester les plus forts. Fonctionner autrement, induit que nous aurons à nous confronter à de nouvelles organisations réactives. Ne pas organiser une civilisation de la paix met en danger notre espèce.

La paix est notre seule chance de survie. Elle s’organise avec nos actes au quotidien et nos engagements perpétuels en sa faveur.

Je ne crois pas qu’il y ait une urgence. Il faut arrêter de stresser la génération en devenir. Par contre, il est urgent de mettre en place une réelle volonté de nettoyer ce que les apprentis sorciers nous ont légués. Sans ce grand nettoyage, nous ne pourrons organiser une conquête de la Paix des exoplanètes.

Pour réussir ce nouveau challenge que l’on voit arriver, il faut décider d’inculquer un esprit d’ouverture, et être d’accord sur celui qui nous a été légué. On l’a trouve dans tous les messages religieux et chez certains philosophes. Il faut avoir la volonté de la trouver dans une nouvelle économie et par voie de conséquence dans une nouvelle conscience politique.

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus